ZONES DE PRODUCTION AGRICOLE

L’agriculture de la région est essentiellement axée sur l’élevage et la production laitière bovine.

La presque totalité de la surface agricole utile (SAU) est constituée d’herbages fauchés ou pâturés dans un système d’exploitation traditionnel où le potentiel alpestre tient un rôle prépondérant. Le paysage agricole est situé surtout en zone d'estivage.

Les entreprises agricoles des dix communes entièrement intégrées au Parc sont exploitées majoritairement à titre principal.

Sur l’ensemble des dix communes 55 exploitations ont disparu entre 2000 et 2009, ce qui représente une diminution de 19% en neuf ans ou de 2% par année. En parallèle, on assiste à une professionnalisation de l’agriculture puisque les exploitations à titre principal diminuent de 14% et celles à titre accessoire de 35%.

Les terres exploitées par les entreprises agricoles qui cessent l’agriculture ne sont pas abandonnées. Elles sont reprises par des exploitations voisines qui de ce fait s’agrandissent. Sur l’ensemble des dix communes, les exploitations croissent en moyenne de 4.3 ha en neuf ans, ce qui représente une évolution de 23%. L’évolution de la SAU moyenne des exploitations à titre principal est quant à elle de 17% et celle des entreprises à titre accessoire de 48%. L’augmentation de la SAU est donc plus marquée pour ce dernier type d’exploitation.

L’évolution est différente selon les régions du Parc :

Vallée de la Jogne : augmentation moyenne de surface de 5.6 ha pour les exploitations à titre principal et de 5.3 ha pour les exploitations à titre accessoire.

Intyamon : augmentation moyenne de surface de 1.6 ha pour les exploitations à titre principal et de 8.1 ha pour les exploitations à titre accessoire.

Pays-d’Enhaut : l’évolution est inversée par rapport aux deux autres régions avec une augmentation moyenne de surface de 4 ha pour les exploitations à titre principal et de 0.9 ha pour les exploitations à titre accessoire. Cette évolution s’explique parce que l’agriculture du Pays-d’Enhaut se spécialise de plus en plus dans la production laitière.


PRODUCTION LAITIÈRE ET FROMAGÈRE

La production laitière bovine du Parc atteint 26 millions de kilos de lait par an.

Les exploitations de base à Château-d’Œx, Rossinière, Flendruz et L’Etivaz produisent du lait de centrale. Produit en zone d’ensilage, ce lait quitte la région sans aucune transformation. La société de laiterie des Moulins, en zone de non ensilage, est propriétaire d’une fromagerie convertie en agriculture biologique. Un fromager indépendant exploite la fromagerie pour la fabrication de Gruyère AOP biologique. La fromagerie Fleurette à Rougemont fabrique des spécialités fromagères dont la désormais fameuseTomme Fleurette. Deux exploitations de l’Etivaz et une de la Comballaz, avec transformation fermière, fabriquent et affinent diverses spécialités fromagères (la majeure partie en bio).

Sur la Gruyère, l’ensemble de la production laitière des communes du Parc, entièrement en zone de non ensilage, est transformée en fromage. La fromagerie de Montbovon fabrique et affine du Gruyère AOP, du Vacherin fribourgeois AOP et des spécialités. A Grandvillard, la fromagerie produit du Gruyère AOP. Le lait des sociétés de laiterie d’Estavannens, Lessoc, Neirivue et Albeuve est également transformé en Gruyère AOP, mais à la fromagerie de démonstration de Pringy, en dehors du Parc. A Charmey, la fromagerie fabrique et affine la production de la société de laiterie en Gruyère AOC, mais aussi en Vacherin fribourgeois AOC et en quelques spécialités locales.

Les communes du Parc se trouvent au cœur d’une zone alpestre avec une densité exceptionnelle de fabrication traditionnelle de fromages d’alpage. Plus de 80 trains d’alpage y fabriquent de L’Etivaz AOP ou du Gruyère d’alpage AOP, dans plus d’une centaine de chalets. Cette production fromagère s’additionne à la production laitière des exploitations de base. Elle est vitale pour l’économie agricole régionale. Il s’agit de produits à forte valeur ajoutée, affinés dans la région et commercialisés avec une plus-value correspondant à ses qualités spécifiques : lait d’alpage, caractère authentique. De plus, elle est garantie par les AOP.

La production de L’Etivaz AOP (61 producteurs dans le Parc : 31 à Château-d’Œx, 9 à Rossinière, 9 à Rougemont, 7 à L’Etivaz, 4 à Villeneuve et 1 à Ormont-Dessous) est entièrement affinée aux caves de L’Etivaz. Elle augmente régulièrement depuis une trentaine d’années. La coopérative a réalisé plusieurs agrandissements successifs des caves d’affinage : sa capacité atteint plus de 400 tonnes de fromage par saison. Plus de 10% de la production est certifiée biologique. Une partie de cette production est vieillie dans le grenier de l’Etivaz, puis commercialisée sous la forme et l’appellation Rebibe de l’Etivaz également au bénéfice d’une AOP.

La production de Gruyère d’alpage AOP des Préalpes (21 producteurs sur le territoire du Parc dont la majeure partie sur des alpages de Charmey et Haut-Intyamon) est affinée par la coopérative des producteurs de fromages d’alpage à Charmey (caves historiques de la Tzintre) et à Bulle.

Le fromage d’alpage de Jaman sur la commune de Montreux. Sa production est mise en valeur par une fromagerie de démonstration (chalet d’alpage rénové et adapté à l’accueil des visiteurs par la commune de Montreux).

PARC NATUREL REGIONAL GRUYERE PAYS-D'ENHAUT

Place du Village 6 1660 Chateau-d'Œx
+41 (0) 26 924 76 93

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

INFORMATIONS SUR LES ANIMATIONS ET INSCRIPTIONS


+41 (0) 848 110 888

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

NEWSLETTER