PARC mention Infra Def1 QUADRI meo20170314 73431

Les belles journées de printemps étant arrivées, il est grand temps de reprendre l'inventaire des prairies à narcisses et à jonquilles dans le territoire du Parc. Pour cette seconde année de prospection, ce sont une vingtaine de bénévoles qui se sont portés volontaires pour sillonner les prés et pâturages de l'Intyamon et de la Jogne.

En 2016, le Parc a commencé un inventaire des prairies à narcisses et à jonquilles au sein de son territoire. Grâce à l’aide de cartographes volontaires, ce sont quelque 7’340 hectares qui ont pu être prospectés entre le Pays-d’Enhaut et la région des Rochers-de-Naye.

Le printemps 2017 est arrivé avec ses belles journées ensoleillées et ses douces températures, il est temps de reprendre l’inventaire. Première étape : terminer la cartographie des prairies à jonquilles sauvages sur la commune de Rougemont. Le jaune caractéristique s’aperçoit déjà dans les prés. La particularité de la région de Rougemont est la cohabitation du narcisse et de la jonquille, deux fleurs caractéristiques des prairies et alpages des Préalpes qui fleurissent entre fin-mars et juillet. Alors que les jonquilles sont en fleur, les feuilles des narcisses commencent à peine à se montrer.

Pour cette nouvelle année de cartographie, le Parc prospecte l’Intyamon et la Jogne. Chaque zone ouverte est parcourue pour y rechercher la fameuse neige de mai. Un tel travail serait impossible sans l’aide précieuse de cartographes bénévoles. Cette année ils sont une vingtaine à s’être présentés. Ils suivront une journée de formation organisée par le Parc sur le terrain (présentation de la méthode de cartographie utilisée, basée sur un système de classes d’abondance, mise au point par le bureau Hintermann & Weber dans les années 1990).

Pourquoi inventorier les pairies à narcisses et à jonquilles ?

Dans certaines régions du Parc, les prairies à narcisses sont en constante diminution. Malgré l’attachement de la population à cette fleur emblématique, les prairies actuelles sont des reliques par rapport à la situation connue d’il y a deux ou trois générations. Paradoxalement la cueillette des narcisses a récemment été inscrite au patrimoine immatériel du canton de Vaud.

La distribution des narcisses et des jonquilles étant mal connue dans le périmètre du Parc, un inventaire était nécessaire. Une fois la situation connue, le Parc souhaite promouvoir la réalisation de nouvelles mesures de préservation et de mise en valeur de ces plantes.

Les résultats de la cartographie de 2016 montrent que les narcisses sont souvent présents le long des cordons boisés qui sont connus comme étant des éléments de liaison, d’où l’importance de maintenir ces prairies. En préservant une prairie à narcisses, ce n’est pas seulement la fleur qui est protégée mais toute la zone et son écosystème.

 

Vous souhaitez savoir où en est l’action ? Vous pouvez suivre les dernières nouvelles publiées par le Parc sur la page Facebook Infrastructure écologique, des trames vertes pour la biodiversité.

Un reportage de La Télé sur la cartographie des narcisses dans le Parc

 

Narcisses2 JG

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

PARC NATUREL REGIONAL GRUYERE PAYS-D'ENHAUT

Place du Village 6 1660 Chateau-d'Œx
+41 (0) 26 924 76 93

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

INFORMATIONS SUR LES ANIMATIONS ET INSCRIPTIONS


+41 (0) 848 110 888

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

NEWSLETTER